Skip to content

Le Mouvement Sacerdotal Marial de France, en union avec les Cénacles du monde entier, vous invite à participer ou à vous unir à distance avec la préparation organisée à Paris.

  

 

 

Pour se préparer :

Triduum de Cénacles les 22, 23 et 24 mars, de 16h30 à 18h30 à la crypte de Notre Dame d’Auteuil (1 rue Corot 75016 Paris).

Pour s’unir à la consécration :

Cénacle du 25 mars (16h30-18h30) à la crypte de Notre Dame d’Auteuil (1 rue Corot 75016 Paris).

 

 

Pour télécharger l'affiche, cliquer ici Triduum Cénacles et consécration

 

 

Chers amis,

Voici le message urgent que don Luca vient de nous faire parvenir concernant la consécration de la Russie et de l'Ukraine au cœur Immaculé de Marie. Je joins à ce message le texte en PDF (que vous pouvez télécharger en cliquant ici ==> Lettre d'information 10 Consécration de la Russie) de la lettre d'information liée à cette consécration que je vous adresse et que ne reçoivent que ceux qui sont abonnés.

Message de don Luca :

Chers membres du Mouvement Sacerdotal Marial

Le Saint-Père François a annoncé que le 25 mars prochain, il procédera à une consécration spéciale de la Russie et de l’Ukraine au Cœur Immaculé de Marie, et enverra un cardinal envoyé à Fatima pour la faire en son nom, pour que le chemin de l’Église et de l’humanité, en particulier de ces peuples, soit protégé dans Son Cœur Immaculé en ce moment si particulier.

Depuis le début du conflit en Ukraine, nombreux sont ceux qui, dans toute l’Église et à tous les niveaux, ont souhaité de tout cœur que le pape fasse ce geste.

Beaucoup d’entre vous ont également exprimé ce désir et prié pour que le pape fasse ce geste. En cette occasion, nous constatons plus que jamais que le ministère pétrinien est la voix de l’Église et agit en son nom.

Bien entendu, cette consécration ne remplace pas mais s’ajoute à celles déjà effectuées par les Papes dans le passé, notamment celle de Saint Jean-Paul II le 25 mars 1984. Ce même jour, la Vierge nous a laissé un beau message sur la réalité de la consécration à son Cœur Immaculé. Don Stefano Gobbi a voulu inclure dans le livre des messages “Aux prêtres, fils de prédilection de la Vierge” la prière de consécration que saint Jean-Paul II a utilisée ce jour-là, afin que nous puissions la méditer et l’utiliser également pour notre prière personnelle.

Avec cette consécration de la Russie et de l’Ukraine au Cœur Immaculé de Marie qui sera faite à Rome et à Fatima, nous ne pouvons pas ne pas voir comment l’Église, à travers le Pape, souligne aussi la nécessité de vivre le message que la Vierge a laissé à Fatima pour notre temps (en le complétant à Pontevedra et Tuy). Ce message a été à nouveau expliqué par la Vierge elle-même à don Stefano Gobbi. Nous ne pouvons pas nous en passer.

Je vous demande que le 25 mars prochain, merveilleuse solennité de l’Annonciation et de l’Incarnation, nous nous réunissions en cénacle - chacun dans sa paroisse ou dans ses foyers - en union avec le Saint-Père et l’Acte de Consécration, pour unir à son œuvre pétrinienne l’œuvre du MSM que la Vierge nous a confiée et a confiée à nos cénacles.

Je vous suggère également de vous préparer à la consécration spéciale du 25 mars au moins par un triduum de cénacles, du 22 au 24 mars.

Que notre Mère Immaculée accueille nos cénacles et notre consécration personnelle à son Cœur Immaculé, et qu’Elle nous donne la grâce de la vivre toujours mieux et d’être dans l’Église cette présence de prière, d’offrande, de réparation et de fidélité qu’Elle désire.

Don Luca Pescatori

N’ayez (toujours) pas peur !

Chers amis,

Notre Société s’est installée dans la peur. C’est l’exact indice de son éloignement de Dieu. Les médias sont les prophètes de cette peur et les gouvernants en sont les grands prêtres. Si nous sommes chrétiens, nous ne pouvons pas vivre dans la peur, qui est l’opposé de notre foi en la Providence divine. Tout ce qui arrive réalise un plan de salut que Dieu a élaboré, un plan rempli de sagesse, d’amour et de miséricorde. Tout est suspendu à la volonté ou à la permission de Dieu. Aucune créature ne peut mettre en échec le plan de Dieu, sinon elle serait plus puissante que lui. Si donc les hommes font la volonté de Dieu, son plan se déroule en faisant entrer leurs réalisations humaines dans la mise en œuvre de son plan. S’ils ne font pas sa volonté, Dieu intervient. Il peut permettre un mal en vue d’en tirer un bien, ou laisser les actes mauvais se détruire mutuellement. Et comme il est parfaitement juste, il utilise la souffrance des innocents pour réparer leurs péchés et celle des coupables pour rétablir la justice. Nous devons comprendre que rien, absolument rien, n’échappe ni à sa connaissance ni à sa puissance. Et cette maîtrise de Dieu sur la création et sur l’histoire humaine est la source de notre sérénité.

Vous voyez bien qu’aujourd’hui on cherche à opposer des catégories de personnes (‘vaccinés’ contre ‘non vaccinés’, ‘traditionnalistes’ contre ‘adeptes de la liturgie de Vatican II’, ‘complotistes’ contre ‘bons citoyens’, etc.). Nous
devons absolument refuser cette dialectique qui a pour but d’obtenir un faux consentement. C’est un piège.

Télécharger le Bulletin (PDF) ==> Bulletin MSM mars 2022

Circulaire de début d’année de don Luca Pescatori

  Ave Maria                   1er janvier 2022 - Sainte Marie Mère de Dieu

Circulaire 2022 don Luca

Chers membres du Mouvement Sacerdotal Marial

Nous sommes entrés dans une année très spéciale : le 8 mai prochain, nous fêterons le 50e anniversaire de la naissance du Mouvement Sacerdotal Marial, c’est-à-dire depuis que, en 1972, don Stefano Gobbi a commencé à recevoir de la Vierge ces messages qui ensuite, de 1973 à 1997, ont été rassemblés dans le Livre Bleu “Aux Prêtres, fils de prédilection de la Vierge”. C’est une excellente occasion pour se poser sérieusement la question de la manière dont nous répondons à l’amour et à l’appel de notre Mère.

En 2021, malgré les difficultés de déplacement dues aux restrictions sanitaires, j’ai pu visiter des cénacles dans plusieurs villes d’Italie et du Portugal, du Pérou, de Colombie, du Brésil (également pour les exercices spirituels des prêtres brésiliens), de Bolivie, du Mexique (pour les exercices spirituels des prêtres hispanophones d’Amérique centrale et du Sud et des Caraïbes), du Honduras et du Nicaragua, et des États-Unis d’Amérique, avec la présence de quelques évêques et cardinaux. Des cénacles parfois très nombreux et parfois tout petits, parfois célébrés dans de grandes églises et parfois dans les petites maisons familiales : extérieurement différents, mais toujours des cénacles demandés par notre Mère et vécus par ses fils prêtres avec tous ses autres fils et filles dans leurs différents états de vie, des laïcs aux religieuses cloîtrées. Une fois de plus, j’ai pu constater combien la Vierge est aimée par ceux qui la cherchent dans chaque cénacle, qui prient, qui se consacrent à elle, qui lui confient le Saint-Père, leurs évêques, leurs curés, leurs pays parfois dans la tribulation et leurs familles ; combien les prières des petits ont de valeur ! Dans certains cas, ma visite a coïncidé avec la reprise des Cénacles publics, qui avaient été suspendus pendant près de deux ans en raison des restrictions actuelles. Remercions la Vierge qui nous aide toujours à recommencer et à ne pas nous décourager malgré les difficultés. Pour ma part, je voudrais pouvoir visiter de nombreux autres cénacles et pays — beaucoup ont demandé avec insistance la visite du Coordinateur-Responsable Général — mais en tant que curé, je ne suis pas autorisé à m’éloigner de mes paroisses, sauf pour une ou deux semaines à la fois, et seulement quelques fois par an. Si la Vierge le veut, plus de temps me sera donné, sinon je ne pourrai visiter que quelques pays et pour quelques jours à chaque fois, comme je l’ai fait jusqu’à présent ; c’est à Elle de décider, et à nous de prier pour ne vivre que ce qu’Elle veut.

À l’occasion du 50e anniversaire du MSM, les Exercices Spirituels internationaux pour les prêtres seront organisés à Fatima du dimanche 26 juin au samedi 2 juillet 2022. Parallèlement aux exercices pour les prêtres, une retraite pour les laïcs aura lieu du jeudi 30 juin au dimanche 3 juillet. De cette manière, nous pourrons prier ensemble et célébrer la Sainte Messe à la Capelinha. De nombreux prêtres ont déjà demandé à y participer, de tous les continents. Je demande aux laïcs d’inviter leurs prêtres à participer et, le cas échéant, de les aider si nécessaire.

Je suis très heureux que dans de nombreux pays soient organisés ultérieurement des Exercices Spirituels du MSM : ceux qui ne peuvent vraiment pas participer à Fatima devraient au moins participer aux Exercices spirituels locaux, ne laissez pas passer cette grâce du Cénacle Continu. Pour s’inscrire aux exercices spirituels de Fatima, il faut s’adresser exclusivement à l’agence responsable, Rusconi Viaggi (Lecco - Italie), qui aidera à préparer les documents nécessaires pour arriver au Portugal. Sur le site officiel du MSM, vous trouverez des liens pour vous inscrire aux exercices spirituels pour les prêtres et à la retraite pour les laïcs (lien ci-dessous).

Info pour FATIMA: https://rusconiviaggi.com/it/destinations/movimento-sacerdotale-mariano-a-fatima-2022/

Pour les francophones, il faut s’inscrire et au Secrétariat et auprès d’Étoile Notre Dame (Étoile Notre Dame - BP 434 - 53104 Mayenne cedex - Tél. (0033) 02 43 30 45 67).

 

Des cénacles régionaux et nationaux seront planifiés dès que les circonstances le permettront, mais en attendant continuons et augmentons nos petits cénacles locaux et en famille. Là où il y en a besoin, reprenons les cénacles publics. J’ai vu beaucoup de fruits dans les cénacles d’enfants dirigés par des enfants, et de jeunes dirigés par des jeunes, comme l’a demandé la Vierge. Par exemple, le 31 décembre 1996, elle nous disait : “Je vous demande une prière incessante, humble, persévérante, confiante. C’est pourquoi Je renouvelle encore ma demande de répandre partout les Cénacles de prière et de fraternité. Que se répandent ces Cénacles parmi les Prêtres, qui sont mes fils de prédilection, et parmi les fidèles. J’attends une réponse généreuse de la part des enfants, pour qu’ils soient défendus par Moi, et protégés de la grande perversion qui a contaminé le monde entier. Je demande aux jeunes de se rassembler dans ces Cénacles, pour parvenir aux temps nouveaux que J’ai préparés pour eux. Surtout en ces Cénacles doivent se rassembler les familles chrétiennes, pour qu’elles soient aidées par Moi à vivre en parfaite communion d’amour, toujours ouvertes au don de la vie, qui doit être désirée, protégée et défendue.” (LB 586,f-g)

Ne laissons pas tomber la demande que la Vierge nous a faite personnellement il y a cinquante ans. C’est grâce aux cénacles qu’Elle a conquis nos cœurs et les garde dans son Cœur Immaculé, et qu’Elle réalise son plan.

La Cause de béatification du P. Nazareno Lanciotti avance, maintenant que toute la documentation a été déposée auprès de la Congrégation pour les Causes des Saints : je vous demande de prier pour qu’elle puisse être menée à bien dans un bref délai.

En ce qui concerne la Cause de béatification de don Stefano Gobbi, je remercie ceux qui m’ont envoyé de beaux témoignages et je renouvelle ma demande à tous les autres d’envoyer leurs témoignages le plus rapidement possible.

1    Depuis maintenant cinquante ans, la Vierge nous invite à nous consacrer à son Cœur Immaculé et à vivre notre consécration. Par l’intermédiaire de don Stefano Gobbi, elle a répété la demande déjà formulée à Fatima : vivre la consécration à Son Cœur Immaculé est la meilleure voie pour être protégé en ce temps, meilleure parce que choisie par le Seigneur lui-même (comme cela a été dit dans les apparitions de Fatima et ensuite à Sœur Lucie à Pontevedra).

La foi nous permet d’avoir une lecture spirituelle de l’histoire, c’est-à-dire de la vie de l’humanité non seulement comme la succession de faits et de personnes, mais comme le cheminement de l’Église vers l’accomplissement du temps, vers le retour de Jésus dans la gloire, à travers les événements qui caractérisent les “Derniers Temps”.

La spiritualité de l’Église a reçu des lumières sur les “Derniers Temps” grâce à de nombreux saints, par exemple, en 2004, don Stefano Gobbi a cité Saint Louis-Marie Grignion de Montfort sur les caractéristiques des Apôtres des Derniers Temps (Traité de la Vraie Dévotion à Marie, 54-59) ; la Vierge nous a expliqué que ces “Derniers Temps” sont précisément l’époque dans laquelle nous vivons, elle en a parlé dans pas moins de 76 messages, insistant en particulier sur les prêtres (par exemple, le 8 juin 1991 et le 8 décembre 1994) et en les appelant précisément “Apôtres des Derniers Temps”. Quels sont les signes qui indiquent que nous y sommes arrivés ?

Le Catéchisme de l’Église catholique (n° 675) dit qu’“Avant la venue du Christ, l’Église doit passer par une ultime épreuve qui ébranlera la foi de nombreux croyants (Lc 18,8 ; Mt 24,12). La persécution qui accompagne son pèlerinage sur terre (Lc 21,12 ; Jn 15,19-20) révélera le ‘mystère d’iniquité’ sous la forme d’une imposture religieuse qui offre aux hommes une solution apparente à leurs problèmes, au prix de l’apostasie de la vérité. La plus grande imposture religieuse est celle de l’Antéchrist, c’est-à-dire d’un pseudo-messianisme dans lequel l’homme se glorifie lui-même au lieu de Dieu et de son Messie venu dans la chair (2 th 2,4-12 ; 1 th 5,2-3 ; 2 Jn 7 ; 1 Jn 2,18.22)”.

Entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, l’Église a dû faire face à plusieurs vagues d’interprétations insensées et trompeuses de la doctrine, que le pape Pie X définira plus tard comme hérétiques en 1907 (lettre encyclique Pascendi Dominici Gregis). La Vierge avait déjà commencé à nous avertir en 1830 avec les apparitions à Paris et le don de la Médaille Miraculeuse et de la prière “Ô Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous”, puis en continuant à La Salette, Lourdes, pour finalement aboutir à Fatima (“Je vous invite aujourd’hui à regarder la grande lumière qui, de Fatima, s’est répandue sur les événements de votre siècle et qui est particulièrement forte en ces derniers temps”, 13 mai 1994 — LB 520,i). Elle y a invité à revenir à la prière, à la fidélité renforcée par la pénitence et aux sacrements. Enfin, depuis 1972, il y a cinquante ans, elle nous a explicitement appris à identifier les signes des “Derniers Temps”.

Et voici une chose très belle : la Vierge appelle les Derniers Temps “mes Temps”, parce que c’est l’heure où, dans la victoire apparente et provisoire de l’apostasie, Elle se rend encore plus présente pour guider ses enfants et les protéger dans Son Cœur Immaculé, pour rendre possible le miracle de la Grâce et de la Miséricorde : “Les moments décisifs sont très proches. Encore un peu de temps, et alors avec eux, avec mes enfants les plus petits, j’écraserai la tête de Satan et de ses nombreux partisans et j’obtiendrai ma victoire déjà annoncée (3 août 1974 — LB 54A,d)”… Tous ceux qui sont consacrés à Son Cœur Immaculé, les prêtres avec les religieux et les laïcs, tous pécheurs mais réfugiés dans le Cœur Immaculé et rendus “petits” dans le chemin de sainteté indiqué par Elle, seront l’instrument de l’Immaculée pour la victoire et pour l’heure du Triomphe de Son Cœur Immaculé.

Ainsi, à partir de ces paroles, nous comprenons que la seule chose que la Vierge nous demande est de vivre la consécration à son Cœur Immaculé : vivre les trois engagements du MSM et avoir la confiance la plus grande et la plus absolue en Elle : “Répondez toujours et seulement avec une confiance héroïque en Moi. Je n’ai besoin que de cela de votre part, mes petits enfants, pour écraser la tête de mon Adversaire, tandis qu’il essaie de me mordre le talon, en vous tendant des embûches, à vous, mes enfants bien-aimés (8 juillet 1977 — LB 128,w)”.

Confiance héroïque” dans les situations, les difficultés qui caractérisent les “Derniers Temps”. Lesquelles aujourd’hui en particulier ? Aux difficultés personnelles et familiales s’ajoutent des difficultés sociales et ecclésiales. Par exemple, la difficulté que beaucoup d’entre nous ont encore à participer librement aux célébrations de notre foi, en tout premier lieu à l’Eucharistie : encore dans de nombreux pays, seules quelques personnes sont autorisées à entrer dans l’église en même temps, contrairement aux lieux bondés comme les théâtres et les cinémas ou les centres commerciaux ou les lieux de divertissement, ou encore la difficulté qu’a l’Église de défendre le droit des croyants à ces mêmes célébrations.

2   La Vierge fait également référence à une difficulté qui devient de plus en plus évidente : rester fidèle à l’Évangile et à la doctrine catholique. Une partie de l’Église a tendance à (ou est tentée de) vouloir “changer”, comme ceux qui s’opposent aux récentes déclarations de la Congrégation pour la doctrine de la foi sur la famille (15 mars 2021) ou qui contestent le primat de l’Eucharistie, sa réalité sacrificielle et la nécessité d’être dans la grâce de Dieu pour la recevoir.

Il semble même qu’il y ait dans l’Église un désir de manifester, de manière toujours plus explicite et arrogante, cette pensée alternative à l’Évangile, et donc opposée à lui sur certains points, qui tend à vider de sa substance l’annonce de la foi, l’annonce du salut. Les points touchés par cette pensée sont essentiels : l’Eucharistie, la famille, l’anthropologie, l’Église comme chemin, vérité et vie ; nous en avons vu un exemple clair en Europe en mai dernier, avec quelques rébellions qui ne sont que la pointe d’un iceberg encore immergé et qui ne demande qu’à émerger pour changer l’Église selon une pensée anti-évangélique. Nous devons faire attention : ce que nous qualifions d’anti-évangélique ne concerne pas seulement ce qui est contre la charité, contre la pauvreté ; c’est en premier lieu ce qui est contre la doctrine, de laquelle la charité chrétienne et toute autre vertu tirent son sens et sa valeur. La première charité consiste à aider son prochain à connaître l’amour de Dieu, à vivre dans la grâce de Dieu. La Vierge veut nous aider à remettre les choses en place, tandis que la “grande tribulation” cherche au contraire à les subvertir : en effet, précisément parce qu’elle est anti-évangélique, cette pensée alternative veut nous faire croire qu’à travers elle, nous arriverons enfin à la vraie vie évangélique, enfin à la vraie liberté, et que la route du salut passe finalement par ces changements ! C’est la même route que Judas : lui aussi s’est rebellé parce qu’il voulait pousser Jésus à prendre une autre route.

La Vierge nous avait très bien annoncé ces choses :

L’athéisme marxiste contaminera tout ; comme un brouillard empoisonné, il pénétrera dans tous les milieux et fera mourir dans la foi beaucoup de mes enfants. Il va renverser les vérités contenues dans l’Évangile.” (9 novembre 1975 — LB 86,e-f) ;

La vérité est corrompue par l’erreur. L’erreur se répand de la manière la plus dangereuse, c’est-à-dire comme une manière nouvelle et actualisée de comprendre la Vérité, et l’on finit par subvertir les vérités mêmes qui sont le fondement de la foi catholique. Elles ne sont pas ouvertement niées, mais accueillies de manière équivoque, jusqu’à atteindre, dans la doctrine, le plus grave compromis avec l’erreur jamais réalisé. En fin de compte, on continue à parler et à discuter, mais on ne croit plus et la ténèbre de l’erreur se répand. La confusion, qui tend à régner au sein de l’Église et à subvertir ses vérités, est le premier signe qui vous indique avec certitude que le temps de sa purification est arrivé.” (28 janvier 1979 — LB 168,j-m)

Le 13 juin 1989, en particulier, elle nous explique comment opèrent ceux qui, même s’ils se disent croyants et même s’ils ont reçu les Ordres sacrés, tentent d’“actualiser” la foi de l’Église ou de la modifier à leur guise :

...justifier le péché, le présenter non plus comme un mal, mais comme une valeur et un bien. Ainsi, on conseille de le commettre comme une façon de satisfaire les exigences de sa propre nature, en détruisant la racine d’où peut naître le repentir, et on dit qu’il n’est plus nécessaire de le confesser. Le fruit pernicieux de ce cancer maudit, qui s’est répandu dans toute l’Église, est la disparition de la confession individuelle partout. Les âmes sont amenées à vivre dans le péché, rejetant le don de la vie que Jésus nous a offert.

L’Église établie par le Christ est une : l’Église sainte, catholique, apostolique, une, fondée sur Pierre. Comme Jésus, l’Église fondée par Lui, qui forme son corps mystique, est Vérité, Vie et Voie.

L’Église est vérité, car c’est à elle seulement que Jésus a confié la charge de garder, dans son intégrité, tout le dépôt de la foi.” (LB 406,m.o-p)

Ces “faux croyants” essaient également de “détruire cette réalité par un faux œcuménisme, qui conduit à l’acceptation de toutes les Églises chrétiennes, en affirmant que chacune d’entre elles possède une partie de la vérité. Il cultive le dessein de fonder une Église œcuménique universelle, formée par la fusion de toutes les confessions chrétiennes, parmi lesquelles l’Église catholique.” (Ibid.,p) [...] “... Attaquer la piété ecclésiale envers le Sacrement de l’Eucharistie. Elle en valorise seulement l’aspect de la Cène, tend à minimiser sa valeur sacrificielle, et tente de nier la présence réelle et personnelle de Jésus dans les Hosties consacrées. C’est pourquoi ont été graduellement supprimés tous les signes extérieurs qui manifestent la foi en la présence réelle de Jésus dans l’Eucharistie, comme les génuflexions, les heures d’adoration publique, la sainte coutume d’entourer le Tabernacle de lumières et de fleurs.” (Ibid.,q)

3    Une autre grande difficulté qui semble se développer de plus en plus concerne le discernement. Il semble que beaucoup, qu’ils soient laïcs, religieux ou prêtres, soient désorientés par cette grande confusion et trouvent plus de sécurité et de réconfort dans la force des courants de pensée du moment, parfois des courants politiques, plutôt que dans la parole de l’Évangile et l’enseignement de l’Église. Ainsi, dans les problèmes d’aujourd’hui, au lieu d’être la “lumière du monde” (Mt 5,14), on devient le reflet d’une logique purement humaine qui, lorsqu’elle ne se laisse pas éclairer par l’Évangile, nous laisse tâtonner dans l’obscurité, et au lieu d’être des apôtres de la fidélité, on risque d’être des apôtres de la confusion, voire de la rébellion. Ceux qui veulent être fidèles et s’engagent de toutes leurs forces à vivre leur consécration au Cœur Immaculé de Marie souffrent aussi de ces tensions, de plus en plus lourdes, aiguës et insidieuses. Parfois, nous pouvons nous décourager, mais la Vierge ne veut pas que nous nous laissions embrouiller par le découragement :

Que l’heure que l’humanité est en train de vivre, celle d’un nouveau Gethsémani, ne vous attriste pas ; que la suprématie que le mal a aujourd’hui dans le monde ne vous décourage pas ; que Satan, qui est arrivé au sommet de sa domination diabolique, ne vous effraye pas.” (11 avril 1993 — LB 493,f) “Ayez confiance en votre Maman du Ciel qui est toujours près de vous, pour être votre secours et votre réconfort dans votre Sacerdoce. Je vois vos difficultés innombrables ; J’accueille toutes vos invocations ; Je suis près de vous pour réconforter votre solitude ; Je vous donne joie et consolation au milieu de beaucoup d’amertumes. Ne vous sentez pas seuls. Même si votre champ d’apostolat est parfois aride et difficile ; même si l’ambiance qui vous entoure met des obstacles à votre action sacerdotale ; même si le poids de votre faiblesse humaine semble parfois vous écraser, ne vous découragez jamais ! Je suis toujours à côté de vous, comme une Maman bonne et compréhensive et Je vous soutiens, Je vous conduis, Je vous console, Je vous encourage, Je recueille vos larmes comme des pierres précieuses et Je garde toutes vos fatigues dans le secret de mon Cœur Immaculé.” (21 octobre 1993 — LB 503,b).

Je vous obtiens le don de l’Esprit Saint, qui descend sur vous pour vous confirmer dans votre ministère sacerdotal et faire de vous les apôtres de la seconde évangélisation. Sur le roc de la foi apostolique, que soit fondée votre prédication pour devenir de courageux témoins de la foi, en ces temps de la grande apostasie. Ne vous troublez pas en voyant que les erreurs sont aujourd’hui ouvertement enseignées, diffusées et suivies. Ne vous découragez jamais. Soyez les ministres fidèles de l’Évangile du Christ en proclamant toutes les vérités de la foi catholique, et vous serez ainsi la lumière allumée sur le chandelier, des flambeaux ardents placés sur les montagnes pour illuminer ces temps de grande obscurité.” (22 février 1994 — LB 514,a-b)

C’est mon rôle de vous laver de toute tache […] Je vous aide à être dans le monde sans être du monde ; parce que Je désire que vous soyez uniquement, toujours et tous, à mon Fils Jésus.” (31 décembre 1995 — LB 560,o)

Combien sont difficiles les jours que vous êtes en train de vivre ! C’est la période de conclusion de la purification et de la grande tribulation. Ainsi toute l’humanité est possédée par les esprits du mal et mon Église est envahie par le vent impétueux des erreurs, des divisions, de l’incrédulité et de l’apostasie. Vous devez supporter le poids douloureux de cette situation. Vous êtes appelés à porter la croix de toute l’Église. C’est pourquoi vous êtes destinés à éprouver comme jamais le suave réconfort de ma tendresse maternelle : entre mes bras vous serez caressés et conso­lés par Moi. C’est pourquoi Je vous demande d’entrer pour toujours dans le sûr refuge de mon Cœur Immaculé.” (27 juin 1996 — LB 575,f)

L’Église revit la Passion de Jésus, mais en vivant dans le Cœur Immaculé de sa Mère, elle pourra être féconde en vie maternelle pour toute l’humanité, qui se tournera vers elle quand, de nouveau, elle resplendira de lumière non seulement dans sa doctrine mais aussi dans la vie de ses enfants.

C’est pourquoi la Vierge nous demande toujours de prier en cénacle, de les multiplier : car c’est seulement de cette façon que nous apprendrons à vivre notre consécration à son Cœur Immaculé. “Je vous recommande de vous rassembler souvent dans vos Cénacles, pour me donner une grande force de prière, par laquelle Je puisse intervenir auprès de mon Fils Jésus, pour qu’il vous obtienne bientôt du Père le don d’une nouvelle et seconde Pentecôte pour l’Église et pour toute l’humanité.” (26 mai 1985 — LB 310,b), et aussi “Si vous vivez votre consécration, votre vie sera vraiment transformée : Je vous habituerai à ma manière de voir, de sentir, de prier et d’aimer. Je vous communiquerai mon esprit et vous rendrai de plus en plus petits, simples, humbles. Je vous amènerai à vous fier toujours et uniquement à Dieu. Plus le doute et la négation augmenteront, plus vous trouverez en Lui votre certitude et vous serez ses témoins.” (9 novembre 1975 — LB 86,m-o)

Nous devrions parfois nous demander : mais tenons-nous des cénacles par dévotion, simplement parce que nous aimons ce que la Vierge a dit à don Stefano Gobbi, ou parce que nous comprenons que nous sommes appelés par Elle en ce Temps ? Les cénacles que la Vierge nous demande et la consécration à Son Cœur Immaculé ne sont pas une simple dévotion, mais un appel, une vocation à vivre ce Temps dans l’Église avec Elle et comme Elle, car Elle, de son côté, veut intervenir à travers nous.

4    Alors comment vivre le 50e anniversaire de la naissance du Mouvement Sacerdotal Marial ? Demandons tout d’abord la grâce de redécouvrir le don de la consécration au Cœur Immaculé.

Il y a de nombreuses années, j’ai imprimé mon Image sur le manteau de mon petit Juan Diego, à qui j’apparaissais ; aujourd’hui, je veux imprimer mon Image dans le cœur et la vie de chacun de vous. Vous êtes ainsi marqués de Mon Sceau d’Amour, qui vous distingue de ceux qui se sont laissé séduire par la Bête et qui portent son chiffre blasphématoire inscrit sur eux. Le Dragon et la Bête ne peuvent rien contre ceux qui sont marqués de mon sceau.” (12 novembre 1981 — LB 236,b-c).

Combien de fois le dragon nous frappe avec des souffrances de mille sortes, mais les souffrances terrestres ne sont pas le problème principal : son objectif principal est que les fidèles apprennent à vivre sans Dieu, et croient être malgré tout de bons fidèles. C’est là son plus grand piège, que ceux qui sont marqués du sceau de la Vierge, la consécration au Cœur Immaculé, affrontent avec amour et surmontent, même au prix d’un témoignage difficile et avec souffrance.

Un exemple de piège : en cette période d’urgence sanitaire, il semble que toute activité doive passer au filtre de considérations sur la santé terrestre, et on a tendance à mettre au second plan la santé spirituelle et la vie sacramentelle régulière. En effet, il semble parfois que dans certaines sphères de l’Église, il y ait de l’indulgence envers ceux qui enseignent des idées anti-évangéliques, et au contraire de la dureté envers les fidèles laïcs et les prêtres qui voudraient suivre des traitements considérés comme “non officiels” par les directives sanitaires mondiales, même s’ils sont valables et appréciés dans de nombreux pays. Ces derniers, bien que fidèles, sont considérés comme nuisibles et anti-évangéliques, contrairement à celles qui enseignent le contraire de l’Évangile et causent des dommages spirituels pouvant conduire à la perdition éternelle. Certaines nouvelles règles tout humaines ont été enrichies de valeur morale, tandis que la valeur morale de certains enseignements évangéliques est relativisée au point de l’annuler. Il y a un risque de vivre ce que Jésus a dit : « C’est en vain qu’ils me rendent un culte, en enseignant des doctrines qui ne sont que préceptes humains. Négligeant le commandement de Dieu, vous observez la tradition des hommes » (Marc 7,7-8). Il y a beaucoup de confusion. En relisant le Catéchisme (n° 675), il semble que cette dimension antichristique émerge dans ce qui se passe en ces “Derniers Temps”.

La Vierge nous parle depuis de nombreuses années pour nous apprendre à raisonner : tout d’abord, la crise actuelle n’est pas une crise sanitaire mais une crise morale. Si la crise sanitaire est grave, la crise morale est immensément pire ; la Vierge n’est jamais intervenue spécifiquement sur ce type de problème, elle nous a plutôt continuellement appelés à nous consacrer à son Cœur Immaculé pour retourner à Dieu avec force et amour. La grande tribulation n’est pas une série d’épidémies, mais une crise de foi dévastatrice qui permet au grand dragon d’entraîner sur terre un tiers des étoiles du ciel, les prêtres, qui, à leur tour, laissent dans le noir les fidèles, l’Église et le monde. On ne sort pas d’une crise sociale sans revenir à Dieu. Faisons attention à ne pas nous laisser tromper. Ce dont nous avons terriblement besoin, c’est d’une lecture spirituelle de la vie et des problèmes auxquels nous sommes confrontés. La Vierge nous parle en ces termes. C’est pourquoi Elle a donné naissance au MSM et nous demande de nous réfugier dans Son Cœur, afin d’être Son aide maternelle pour l’Église en ces “Derniers Temps”, Sa présence de fidélité et de consolation dans l’épreuve.

À l’occasion du 50e anniversaire de la naissance du MSM, soyons donc quoti­diennement attentifs à vivre avec amour notre consécration au Cœur Immaculé, en union de vie avec Elle, en demandant le don de l’Esprit Saint pour être fidèles à l’Évangile et à la doctrine de l’Église, à offrir le poids des difficultés actuelles, qui sont parfois très grandes, en réparation et en intercession pour ceux qui ne connaissent pas l’amour de Dieu, pour contrecarrer les actes de rébellion et d’apostasie qui sont déjà apparus au grand jour et ceux qui sont encore cachés, pour être dans l’Église ce que la Vierge attend de nous, et apprenons à La remercier parce que nous sommes indignement appelés à être Ses collaborateurs :

J’ai un grand projet pour vous : répondez tous avec générosité.” (12 nov. 1981 — LB 236,f)

Don Luca Pescatori

 

Beaucoup ont entendu notre appel à réunir un Cénacle le 13 mai (et le 13 octobre) de manière habituelle. Alors que s'approche la date, certains nous posent des questions sur la manière de les organiser.

En réalité, à cause des restrictions sanitaires, dans beaucoup d'endroits, il sera impossible de réunir de grands Cénacles. Nous pouvons en revanche soit rassembler le Cénacle comme d'habitude, en ajoutant cette date aux réunions régulières, soit faire un Cénacle à distance, en convenant entre vous d'une heure. La foi et la prière réduisent les distances, et nous sommes réellement en communion lorsque nous prions ensemble, même si nous ne sommes pas physiquement présents en un même lieu.

Que Marie vous bénisse abondamment et vous garde dans le refuge de son Cœur Immaculé.

==============================================

On nous demande d'annoncer en particulier le Cénacle qui doit se tenir, ce 13 mai, à Bruay sur Escaut (59860) à 9h30 à l'église Ste Pharaïlde, avec messe de l'Ascension.

Chers amis,
Nous sommes tous bouleversés par cette crise que nous vivons, crise sanitaire, crise économique, crise politique, crise sociale et surtout crise de confiance dans les responsables à tout niveau et en tout domaine. Mais nous, du Mouvement Sacerdotal Marial, nous ne devons jamais oublier de mettre toute notre confiance dans notre Maman du Ciel qui veille sur ses enfants avec amour et nous donne son Cœur Immaculé comme refuge, spécialement dans ce temps de ténèbres que nous sommes en train de vivre.
Dans la folie ambiante qui prend tout le monde, je lance un appel au bon sens. Il faut savoir toujours raison garder. Nous sommes confrontés à la manipulation de l’information à un niveau mondial et ces mêmes médias dont nous avons quelques raisons de nous méfier nous invitent à nous méfier de ce qu’ils appellent eux-mêmes des fausses nouvelles. Il nous faut vraiment nous habituer à nouveau à réfléchir, à prendre du recul, à peser les choses, à les mettre en perspective, à ne pas s’affoler à la moindre rumeur et surtout à ne pas hurler avec les loups. À ne pas non plus passer trop de temps à chercher sur Internet ou sur les réseaux sociaux, au risque de ne plus faire que cela, au risque de l’inquiétude permanente et au détriment de la prière, qui est notre première mission et grâce à laquelle nous donnons à Marie une puissance d’intercession pour changer les événements du monde.

Pour lire et télécharger le Bulletin de mars 2021, cliquer ici --> Bulletin MSM mars 2021

Saint Joseph dans le Livre Bleu

Dans les messages donnés par Marie à don Gobbi, le nom de Joseph, père putatif de Jésus, apparaît 35 fois, dans 22 messages. Parmi ces messages 12 sont datés du 24 décembre, nuit de Noël (LB 114, 217, 279, 342, 369, 415, 439, 462, 484, 508, 559, 603), 7 du 2 février, Présentation au Temple (LB 119, 258, 321, 345, 398, 442, 588), 2 du 19 mars, solennité de saint Joseph (LB 286, 567), et un du Vendredi Saint (24 mars 1989 – LB 400). Nous partirons des deux messages de la solennité de saint Joseph, dont les titres sont significatifs : “Contemplez Joseph, mon époux” (19 mars 1984 – LB 286) et “Protecteur et défenseur” (19 mars 1996 – LB 567).

Ces deux messages tracent une ligne toute belle. Si la Vierge Marie nous invite à contempler Joseph, son époux, c’est pour l’imiter et cultiver en nous les vertus mêmes de saint Joseph. Si elle nous le présente comme protecteur et défenseur, lui, le gardien de la sainte Famille, c’est pour nous inviter à nous confier à sa puissante protection et pour lui confier le Mouvement. Prenons le temps de méditer ces deux messages.

Contempler saint Joseph, le très chaste époux de Marie, c’est, dans un premier temps, garder devant les yeux sa « manière de collaborer au plan de Dieu avec amour, avec pureté, avec foi et persévérance. » (LB 286,a). Nous saisissons tous la manière dont il a collaboré au plan de Dieu par sa prompte obéissance aux ordres de Dieu de « prendre chez [lui] Marie [son] épouse » (Mt 1,20) de prendre « l’enfant et sa mère » (Mt 2,13.20) pour les soustraire à la folie meurtrière d’Hérode et les ramener de cet exil dans la ville de Nazareth.

Mais ce n’est pas sur cet aspect que Marie attire notre attention. Elle veut nous faire entrer dans l’intimité de la sainte Famille et le contempler dans sa double mission d’époux et de père. Il a d’abord été pour Marie « un époux chaste et fidèle » (LB 286,b) ; chaste il l’a été en demeurant vierge, comme Marie, en établissant entre Elle et lui une juste distance, en respectant le mystère de sa personne et de sa sublime mission, en exprimant avec délicatesse son amour et son affection, en étant à sa juste place de chef de famille, en cultivant le silence dans cette maison de Nazareth qui était un sanctuaire, puisque Dieu lui-même y habitait. Fidèle, il l’était en étant un soutien assuré pour son épouse, en gardant avec soin les préceptes de la Loi et en recherchant jour après jour la sagesse, telle une perle de grand prix. Marie ajoute qu’il a été « un précieux collaborateur dans la garde aimante de l’Enfant Jésus » (ibid.). Tous les mots ont leur importance ici : collaborateur, puisqu’il s’agit d’une tâche commune ; garde : il s’agissait de veiller sur lui, d’en prendre soin ; aimante : comment Jésus, l’Amour incarné, aurait-il pu se développer sans l’amour de ses saints parents ?

Elle continue : « un travailleur silencieux et prévoyant ». Je pense là à ce que disait André Neher sur les liturgies au Temple de Jérusalem : à l’intérieur du sanctuaire, tout se faisait dans le plus grand silence, parce que le mystère de Dieu, du Dieu trois fois Saint, demande à être honoré plus par le cœur et les actes que par les paroles humaines. Comment celui que les mots ne peuvent dire adéquatement, que les images ne peuvent représenter, qui est tout autre, peut-il être mieux servi que par notre silence respectueux et aimant ? Or le cœur de saint Joseph est tout entier au service de ce Dieu qui s’est fait homme et dont il a la garde. ‘Prévoyant’ désigne cet aspect de la sagesse qui en permanence s’adapte au réel, anticipant avec ordre et mesure les besoins prévisibles en vue d’une action ordonnée. Et elle ajoute : « attentif à ne jamais nous laisser manquer des moyens nécessaires à notre existence humaine ». Attentif, on pourrait dire aussi attentionné ; il prend vraiment soin de son épouse virginale et de son Fils-Dieu.

Enfin, Marie le présente comme « juste et fort dans l’accomplissement quotidien de la tâche que lui avait confiée le Père du Ciel » (ibid.) Il est clair que la tâche de prendre soin de Jésus et de Marie lui a été confiée par le Père du Ciel. C’est une mission de la plus haute importance, car il en va du salut de l’humanité. Il doit veiller sur le Sauveur des hommes et sur celle qui lui a donné son corps. Nul ne peut douter que Dieu a proportionné ses propres dons à a grandeur de cette mission. Et il l’exerce quotidiennement, juste et fort qu’il est. Juste, donc parfaitement ajusté à ce que Dieu attend des hommes, et fort parce que rien ne doit le détourner de cette tâche. Marie peut vraiment s’appuyer sur lui. Il est un soutien précieux par ses qualités, ses vertus et par son sens surnaturel.

Ensuite, elle nous présente Joseph dans sa mission paternelle : « Comme il aimait et suivait chaque jour la merveilleuse croissance de notre divin Fils Jésus ! » (LB 286,c) Dans ces paroles, on voit toute l’affection et l’admiration de Marie pour Joseph, et pour Jésus qu’elle appelle « notre divin Fils ». Joseph, fort et juste, penché sur la croissance du divin Jésus ! Quelle attention, quel soin, quelle prudence, quelle vénération, quelle vigilance ont peut deviner ici chez le grand saint Joseph ! Et Marie nous montre aussi comment Jésus, « en retour, lui vouait un profond amour filial ». Jésus aimait à considérer celui que son Père du Ciel lui avait donné pour lui tenir lieu de père sur terre ; avec un tel exemple de douceur et de force, de tendresse et de droiture, d’humilité et de grandeur, il était heureux de se soumettre à lui. «Comme il l’écoutait et lui obéissait, comme il le réconfortait et l’aidait ! » (Ibid.) Marie à sa place de Mère et d’épouse, est dans l’admiration de ces relations de Joseph et de son Fils, si pleines de respect et d’amour de l’un pour l’autre. Le Fils de Dieu qui aidait Joseph, qui lui-même faisait tout pour le servir ! Oui ces relations sont vraiment admirables. Et cette admiration devient encouragement et ligne de conduite pour nous :
« En vous aussi, Je veux que fleurissent ces vertus, qui l’ont rendu si parfait. » Avec plusieurs vertus soulignées par Marie : son silence (propice au recueillement), sa pureté (et son détachement), sa prière, son courage, sa patience et sa grande bonté. Un véritable programme de vie.

« Qu’en vous soient son silence et sa vie cachée, nécessaires en ces temps pour que vous puissiez exécuter le plan que Je vous ai confié. Vivez loin du bruit et du tapage, des cris et du fracas dont vous êtes de plus en plus entourés. Maintenez votre calme intérieur en un colloque silencieux avec Jésus et avec votre Maman du Ciel. Ne participez jamais à des spectacles profanes et fermez les yeux aux séductions faciles du monde. Sachez vous soustraire à la subtile tactique de perversion morale que répandent aujourd’hui, de manière si sournoise et si dangereuse, la presse et la télévision. Ne gaspillez pas votre temps devant le téléviseur, en volant ainsi de précieux moments à la prière et à l’écoute de ma parole. Qu’en vous soit aussi sa pureté virginale, en un détachement, que Je veux plus grand par rapport à vous-mêmes, aux créatures, aux choses humaines, pour être intérieurement libres et capables d’aimer et d’accomplir avec une fidèle persévérance quoi que le Seigneur vous demande. Imitez Joseph, mon Époux bien-aimé, dans sa prière humble et confiante, dans son travail pénible, dans sa patience et dans sa grande bonté.» (LB 286,d-j)

Enfin, Elle nous invite à nous confier, nous et le Mouvement, son Œuvre d’amour « à sa puissante protection … dans les moments où mon Adversaire l’attaquera et la combattra furieusement » (LB 286,k).

C’est la même leçon que Marie donne dans le deuxième message du 19 mars (en 1996). Elle nous invite à nous confier « à la puissante protection de mon très chaste époux Joseph. » (LB 567,e) Elle nous recommande d’imiter « son silence actif, sa prière, son humilité, sa confiance, son travail. » (Ibid.) Puis son message se fait plus pressant : « Confiez-Lui aussi mon Mouvement [parce que c’est] lui le protecteur et le défenseur de mon Œuvre d’amour et de miséricorde. » (LB 567,f-g)

Il est cet homme fort qui a protégé l’Enfant et sa Mère. De même, il est pour l’Œuvre de Marie Protecteur et défenseur :
« Protecteur et défenseur dans les événements douloureux qui vous attendent. Protecteur et défenseur contre les nombreuses embûches que, de manière sournoise et dangereuse, mon et votre Adversaire vous tend de plus en plus. Protecteur et défenseur dans les moments de la grande épreuve, qui désormais vous attend dans les derniers temps de la purification et de la grande tribulation. »

Après ces deux messages donnés en la solennité de saint Joseph, nous pouvons nous arrêter aux messages de la nuit de Noël où, là encore, Marie veut nous faire entrer dans l’intimité de la Sainte Famille. Elle nous invite à revivre « le silence actif de mon très chaste époux Joseph : sa fatigue pour me conduire sur le long chemin, son insistance pour nous trouver une maison, sa patience renouvelée après chaque refus de nous ouvrir une porte, sa confiance en nous conduisant vers un lieu abrité et sûr, son travail plein d’amour pour rendre la misérable grotte plus accueillante, son attente priante de ce qui s’accomplirait ; et enfin, son grand bonheur lorsqu’il se pencha pour baiser et adorer son Dieu né de Moi, dans la Nuit Sainte. » (24 décembre 1983LB 279,d)

Il s’agit de contempler pour pouvoir aussi imiter : « Priez et faites silence, pour écouter la voix de Dieu, pour comprendre les grands signes qu’aujourd’hui il vous envoie pour contribuer, par votre collaboration personnelle, à son dessein miséricordieux. Comme Joseph, vous aussi, efforcez-vous avec empressement de préparer tout le monde à son prochain retour. Allumez dans les cœurs les lumières éteintes, ouvrez les âmes à la grâce et à l’amour, ouvrez tout grand toutes les portes au Christ qui vient. » (LB 279,g-h) Voilà magnifiquement décrite notre participation au dessein miséricordieux du Père : prier, faire silence pour écouter, préparer les hommes au prochain retour de Jésus, allumer dans les cœurs les lumières éteintes, ouvrir les âmes à la grâce et à l’amour.

Dans la contemplation de Noël, il y a la révélation du second Noël, de la seconde venue de Jésus qui vient. Dans le premier Noël, la nuit ; aujourd’hui « la nuit de la négation de Dieu descendue sur le monde ». Dans le premier Noël, le froid de la nuit d’hiver ; aujourd’hui, « la glace de la rébellion contre sa loi d’amour ». Dans le premier Noël, les portes qui se ferment ; aujourd’hui « les cœurs endurcis par l’égoïsme et la haine », « les portes obstinément fermées au Seigneur qui vient ». (24 décembre 1986LB 342,i) Voilà pourquoi prendre Joseph pour modèle est le moyen de bien préparer la route au Christ qui revient dans la gloire : « Ouvrez tout grand vos cœurs à la béatitude et à l’espérance, à l’imitation de votre Maman du Ciel et de son très chaste époux Joseph. » (LB 342,j)

Dans le message de la nuit de Noël 1991, Elle insiste sur le silence et le recueillement qui doivent habiter en nos âmes : « Qu’un profond silence entoure le grand vacarme de paroles et d’images qui remplit aujourd’hui le monde entier. Que la prière du cœur vous amène à un continuel colloque avec le Seigneur Jésus qui est venu, qui vient et qui viendra dans la gloire. Et que la paix tranquille de l’âme marque le cours de vos journées, si pleines de menaces et denses de douleur pour tous. Avancez en sécurité sur les vagues violentes de ces derniers temps de la grande tribulation, sans vous troubler, en voyant qu’encore maintenant, les portes se ferment à Jésus Christ qui vient. » (LB 462,h-i).

Enfin, comme pour nous exciter à la patience et à la persévérance, Elle veut nous rappeler la « longue route qui, de Nazareth, nous conduit à Bethléem. Ressentez, vous aussi, la fatigue du voyage, la lassitude qui nous prend, la confiance qui nous porte, la prière qui accompagne chaque pas, tandis qu’une béatitude surhumaine emplit nos cœurs, unis désormais en une parfaite communion avec le cœur du Père Céleste qui est sur le point de s’ouvrir au don de son Fils Unique. Le bruit de la nombreuse caravane ne nous trouble pas, le découragement ne nous prend pas non plus devant toutes ces portes qui se ferment à notre demande d’être accueillis. » (24 décembre 1995LB 559,a-c)

Les messages du 2 février évoquent tous la présence, aux côtés de Marie, de son très chaste époux Joseph. C’est ensemble qu’ils vont présenter Jésus au Temple à son Père céleste, anticipant l’offrande sacerdotale que Jésus lui-même fera de son Corps et de son Sang pour le Salut du monde.

Je propose donc, qu’en cette année consacrée à saint Joseph, nous, tous les membres du Mouvement en France, nous nous unissions le 19 mars prochain pour confier le Mouvement Sacerdotal Marial et le Mouvement Marial à saint Joseph. C’est l’Œuvre d’amour de Marie pour le monde, et saint Joseph aura à cœur de la protéger et de la défendre. Je le ferai personnellement à 18h, lors du Cénacle quotidien.
Je vous bénis de grand cœur.
Père Olivier ROLLAND +

Téléchargez le fichier en PDF en cliquant ici --> Saint Joseph dans le Livre Bleu

Vous trouverez ici la circulaire que notre Responsable International, don Luca Pescatori, vient de nous adresser pour cette année.

Prenez le temps de bien la méditer. Merci à don Luca de nous encourager dans cette crise à rester fidèles à ce que nous sommes et à être vigilants pour devenir toujours mieux ce que nous devons être : des Apôtres de l'Eucharistie, des amoureux de Jésus présent dans le Saint Sacrement.

Et si nous avons failli, que nous soyons capables, avec la grâce de Dieu, de nous reprendre pour être ces petits soldats au service de notre Maman du Ciel qui est aussi notre Reine et notre Chef.

Circulaire MSM don Luca 20201

Chers membres du MSM, vous êtes invités à vous unir en Cénacle mercredi 13 mai, anniversaire de la première apparition de la Vierge à Fátima, avec tous les membres du Mouvement dans le monde entier.
Le Cénacle sera retransmis en direct à 16h, heure de Rome (et de France) sur le canal YouTube MSM-MMP, à l’adresse : https://www.youtube.com/channel/UCx0yQ_KLojRWguEldQBPw-Q
Vous êtes priés de vérifier avec vos responsables l’heure exacte pour votre région (en France 16h).
Retrouvons-nous ensemble pour prier et remercier notre Maman du Ciel pour le grand don de Sa présence à nos côtés, pour le triomphe de son Cœur Immaculé et du règne du Sacré Cœur de Jésus.
Don Luca Pescatori

Chers membres du MSM,

L’urgence sanitaire du Coronavirus a rapidement atteint le monde entier et limité presque partout les possibilités de rencontre. Malgré cela, beaucoup d’entre vous, sur chaque continent, ont proposé de nouvelles formes de Cénacle : soit directement par internet, soit en suggérant des horaires particuliers pour se retrouver en prière au même moment, chacun chez soi, soit par des messages instantanés internationaux pour communiquer les horaires des Cénacles dans les villes des différents pays… De cette manière, on a voulu s’unir spirituellement et offrir à notre Maman du Ciel cette prière qu’Elle nous a demandé avec insistance d’offrir, dans son Cœur Immaculé, à la Très Sainte Trinité. Je désire à présent vous donner un critère pour prier.

C’est avec certitude un temps d’épreuve.

La souffrance a atteint soudainement de nombreuses familles frappées par le deuil, la maladie et des difficultés sociales qui en proviennent. L’inquiétude de la contagion est telle que dans quasiment le monde entier, il a été demandé aux fidèles de ne pas participer à la sainte Messe et que beaucoup d’églises sont fermées. C’est une grande épreuve pour l’Église, paralysée dans sa vie pastorale et pour les fidèles qui, outre les souffrances présentes, se voient privés de l’unique vrai Trésor, le Seigneur Jésus dans l’Eucharistie.

Dans cette situation de souffrance, beaucoup de gens ne perçoivent pas comme un problème de ne pas pouvoir vivre la Messe et recevoir l’Eucharistie : de fait, Jésus dans l’Eucharistie passe au second plan, derrière les exigences pressantes de la vie physique que – avec une grande générosité – on cherche à défendre de toutes les manières.

Chers amis, vous tous du MSM, qui aimez vous laisser guider par la Vierge dans la lumière de son Cœur Immaculé… Elle nous a toujours demandé d’être « un baume d’amour » pour cette humanité souffrante. Elle nous rappelle avec insistance l’enseignement de Jésus : à la base de l’amour fraternel, il y a le chemin du Royaume de Dieu, la vie de foi dans l’Église et dans la fidélité à l’Évangile, dans la richesse des sacrements et dans la pratique des vertus… Elle vient à notre secours pour que nous allions au secours des autres, pour que nous soyons la continuation, avec Elle, de l’œuvre de salut de son Fils.

Dans beaucoup de cœurs, la chaleur de l’Eucharistie risque d’être refroidie par cette tempête : notre prière (et l’offrande de nos souffrances) en ces temps de pandémie ne peut pas se limiter à la nécessaire libération du virus, mais aussi doit demander que, dans cette souffrance, tous, dans l’Église, nous puissions croître dans la foi, dans l’amour pour Jésus dans l’Eucharistie, qui, en ces temps, est presque partout ignoré, et pour que tous les hommes retrouvent le besoin de chercher Dieu et de l’écouter, d’abandonner ce qui est péché et de se faire guérir intérieurement par Lui.

Jésus nous dit : “Cherchez d’abord le Royaume de Dieu, et le reste vous sera donné par surcroît” (Mt 6,33). Si nous demandons seulement la libération du mal physique et non du mal spirituel, nous sommes dans un grand déséquilibre et nous ne nous occupons plus de la dimension la plus vraie de notre vie. Jésus dit, à propos de la maladie de son ami Lazare : “Cette maladie ne mène pas à la mort, elle est pour la gloire de Dieu” (Jn 11,4). Cette souffrance du coronavirus ne peut être seulement pour la mort, ni même seulement pour la vie terrestre… Jésus s’attend à ce que nous affrontions cette épreuve comme un rappel pour nous faire grandir dans la foi et vaincre le mal : ainsi, de cette méchante épreuve, nous sortirons guéris aussi intérieurement, et cela sera pour la gloire de Dieu.

La Vierge nous enseigne à ne pas en rester à nos vicissitudes terrestres, mais à regarder avec ses propres yeux : le remède pour guérir notre vie du mal vient du Cœur de Jésus (11 février 1977 – LB 120 ; 19 avril 1992 – LB 472). C’est  Lui qui nous La donne pour nous guérir (14 février 1985 – LB 305 ; 11 février 1993 – LB 488) : ainsi nous-mêmes nous pourrons être un remède pour ceux qui nous sont chers, pour l’Église, pour le monde, par une vie animée davantage par l’Esprit Saint qui nous renouvelle (13 septembre 1984 – LB 294 ; 3 décembre 1986 – LB 340).

Aux pastoureaux de Fatima la Vierge a enseigné à affronter les épreuves en les “transfigurant”, en cherchant dans le Seigneur la force et le but de toute chose : “Ô Jésus, c’est pour ton amour, pour le salut des âmes et en réparation des péchés commis contre le Cœur Immaculé de Marie”.

À Lourdes, Elle nous a laissé le très beau signe de l’eau de la fontaine et puis elle nous en a expliqué le sens : “Allez vous laver à la fontaine”, nous dit-Elle souvent (11 février 1977 – LB 120 ; 11 février 1995 – LB 538), et cela renvoie à la Grâce de Dieu dans les sacrements, en particulier la Confession. Avec cette eau miraculeuse et le signe des guérisons physiques, Elle nous enseigne que notre santé physique est une image du chemin vers le salut éternel : Elle ne veut pas seulement pour nous la santé physique pour laquelle Elle nous assure protection et Elle en est heureuse comme toute bonne Mère, mais Sa grande Œuvre est de nous faire vivre quotidiennement dans la Grâce de Dieu, dans la santé spirituelle, guéris du péché et “vaccinés” contre l’apostasie.

Chers amis, laissons-nous enseigner par notre Maman sur la manière d’affronter aussi cette épreuve. “S’ils ne s’habituent pas dès maintenant à ne chercher que Moi, à n’écouter que Moi, à ne se confier qu’à Moi, comment feront-ils pour me trouver au moment de la grande tempête, quand tout aura sombré dans l’obscurité ? Qu’ils s’habituent dès maintenant à me voir lumière de chacune de leurs actions !” (10 février 1974, LB 37,g).

C’est juste et nécessaire de prier pour la fin de la méchante pandémie, mais, à son Mouvement, la Vierge demande de “travailler” et de “combattre” pour les âmes des malades et de ceux qui sont en bonne santé physique avec les Cénacles, la Consécration à son Cœur Immaculé et l’amour pour Jésus dans l’Eucharistie (là où les églises sont fermées, on peut profiter au moins de l’adoration en streaming), pour sortir de cette épreuve plus grands dans la foi, avec nos frères et sœurs, de sorte que, par le moyen de Son œuvre, l’Église avance en direction du triomphe de son Cœur Immaculé et de Jésus dans l’Eucharistie, pour la gloire de la Très Sainte Trinité.

Unis dans le Cœur Immaculé de Marie et dans le Cœur Eucharistique de Jésus,

don Luca Pescatori et le Conseil Spirituel du MSM

Télécharger la lettre en PDF : 2e lettre de don Luca