Aller au contenu

Chers amis,
Nous sommes tous bouleversés par cette crise que nous vivons, crise sanitaire, crise économique, crise politique, crise sociale et surtout crise de confiance dans les responsables à tout niveau et en tout domaine. Mais nous, du Mouvement Sacerdotal Marial, nous ne devons jamais oublier de mettre toute notre confiance dans notre Maman du Ciel qui veille sur ses enfants avec amour et nous donne son Cœur Immaculé comme refuge, spécialement dans ce temps de ténèbres que nous sommes en train de vivre.
Dans la folie ambiante qui prend tout le monde, je lance un appel au bon sens. Il faut savoir toujours raison garder. Nous sommes confrontés à la manipulation de l’information à un niveau mondial et ces mêmes médias dont nous avons quelques raisons de nous méfier nous invitent à nous méfier de ce qu’ils appellent eux-mêmes des fausses nouvelles. Il nous faut vraiment nous habituer à nouveau à réfléchir, à prendre du recul, à peser les choses, à les mettre en perspective, à ne pas s’affoler à la moindre rumeur et surtout à ne pas hurler avec les loups. À ne pas non plus passer trop de temps à chercher sur Internet ou sur les réseaux sociaux, au risque de ne plus faire que cela, au risque de l’inquiétude permanente et au détriment de la prière, qui est notre première mission et grâce à laquelle nous donnons à Marie une puissance d’intercession pour changer les événements du monde.

Pour lire et télécharger le Bulletin de mars 2021, cliquer ici --> Bulletin MSM mars 2021

Saint Joseph dans le Livre Bleu

Dans les messages donnés par Marie à don Gobbi, le nom de Joseph, père putatif de Jésus, apparaît 35 fois, dans 22 messages. Parmi ces messages 12 sont datés du 24 décembre, nuit de Noël (LB 114, 217, 279, 342, 369, 415, 439, 462, 484, 508, 559, 603), 7 du 2 février, Présentation au Temple (LB 119, 258, 321, 345, 398, 442, 588), 2 du 19 mars, solennité de saint Joseph (LB 286, 567), et un du Vendredi Saint (24 mars 1989 – LB 400). Nous partirons des deux messages de la solennité de saint Joseph, dont les titres sont significatifs : “Contemplez Joseph, mon époux” (19 mars 1984 – LB 286) et “Protecteur et défenseur” (19 mars 1996 – LB 567).

Ces deux messages tracent une ligne toute belle. Si la Vierge Marie nous invite à contempler Joseph, son époux, c’est pour l’imiter et cultiver en nous les vertus mêmes de saint Joseph. Si elle nous le présente comme protecteur et défenseur, lui, le gardien de la sainte Famille, c’est pour nous inviter à nous confier à sa puissante protection et pour lui confier le Mouvement. Prenons le temps de méditer ces deux messages.

Contempler saint Joseph, le très chaste époux de Marie, c’est, dans un premier temps, garder devant les yeux sa « manière de collaborer au plan de Dieu avec amour, avec pureté, avec foi et persévérance. » (LB 286,a). Nous saisissons tous la manière dont il a collaboré au plan de Dieu par sa prompte obéissance aux ordres de Dieu de « prendre chez [lui] Marie [son] épouse » (Mt 1,20) de prendre « l’enfant et sa mère » (Mt 2,13.20) pour les soustraire à la folie meurtrière d’Hérode et les ramener de cet exil dans la ville de Nazareth.

Mais ce n’est pas sur cet aspect que Marie attire notre attention. Elle veut nous faire entrer dans l’intimité de la sainte Famille et le contempler dans sa double mission d’époux et de père. Il a d’abord été pour Marie « un époux chaste et fidèle » (LB 286,b) ; chaste il l’a été en demeurant vierge, comme Marie, en établissant entre Elle et lui une juste distance, en respectant le mystère de sa personne et de sa sublime mission, en exprimant avec délicatesse son amour et son affection, en étant à sa juste place de chef de famille, en cultivant le silence dans cette maison de Nazareth qui était un sanctuaire, puisque Dieu lui-même y habitait. Fidèle, il l’était en étant un soutien assuré pour son épouse, en gardant avec soin les préceptes de la Loi et en recherchant jour après jour la sagesse, telle une perle de grand prix. Marie ajoute qu’il a été « un précieux collaborateur dans la garde aimante de l’Enfant Jésus » (ibid.). Tous les mots ont leur importance ici : collaborateur, puisqu’il s’agit d’une tâche commune ; garde : il s’agissait de veiller sur lui, d’en prendre soin ; aimante : comment Jésus, l’Amour incarné, aurait-il pu se développer sans l’amour de ses saints parents ?

Elle continue : « un travailleur silencieux et prévoyant ». Je pense là à ce que disait André Neher sur les liturgies au Temple de Jérusalem : à l’intérieur du sanctuaire, tout se faisait dans le plus grand silence, parce que le mystère de Dieu, du Dieu trois fois Saint, demande à être honoré plus par le cœur et les actes que par les paroles humaines. Comment celui que les mots ne peuvent dire adéquatement, que les images ne peuvent représenter, qui est tout autre, peut-il être mieux servi que par notre silence respectueux et aimant ? Or le cœur de saint Joseph est tout entier au service de ce Dieu qui s’est fait homme et dont il a la garde. ‘Prévoyant’ désigne cet aspect de la sagesse qui en permanence s’adapte au réel, anticipant avec ordre et mesure les besoins prévisibles en vue d’une action ordonnée. Et elle ajoute : « attentif à ne jamais nous laisser manquer des moyens nécessaires à notre existence humaine ». Attentif, on pourrait dire aussi attentionné ; il prend vraiment soin de son épouse virginale et de son Fils-Dieu.

Enfin, Marie le présente comme « juste et fort dans l’accomplissement quotidien de la tâche que lui avait confiée le Père du Ciel » (ibid.) Il est clair que la tâche de prendre soin de Jésus et de Marie lui a été confiée par le Père du Ciel. C’est une mission de la plus haute importance, car il en va du salut de l’humanité. Il doit veiller sur le Sauveur des hommes et sur celle qui lui a donné son corps. Nul ne peut douter que Dieu a proportionné ses propres dons à a grandeur de cette mission. Et il l’exerce quotidiennement, juste et fort qu’il est. Juste, donc parfaitement ajusté à ce que Dieu attend des hommes, et fort parce que rien ne doit le détourner de cette tâche. Marie peut vraiment s’appuyer sur lui. Il est un soutien précieux par ses qualités, ses vertus et par son sens surnaturel.

Ensuite, elle nous présente Joseph dans sa mission paternelle : « Comme il aimait et suivait chaque jour la merveilleuse croissance de notre divin Fils Jésus ! » (LB 286,c) Dans ces paroles, on voit toute l’affection et l’admiration de Marie pour Joseph, et pour Jésus qu’elle appelle « notre divin Fils ». Joseph, fort et juste, penché sur la croissance du divin Jésus ! Quelle attention, quel soin, quelle prudence, quelle vénération, quelle vigilance ont peut deviner ici chez le grand saint Joseph ! Et Marie nous montre aussi comment Jésus, « en retour, lui vouait un profond amour filial ». Jésus aimait à considérer celui que son Père du Ciel lui avait donné pour lui tenir lieu de père sur terre ; avec un tel exemple de douceur et de force, de tendresse et de droiture, d’humilité et de grandeur, il était heureux de se soumettre à lui. «Comme il l’écoutait et lui obéissait, comme il le réconfortait et l’aidait ! » (Ibid.) Marie à sa place de Mère et d’épouse, est dans l’admiration de ces relations de Joseph et de son Fils, si pleines de respect et d’amour de l’un pour l’autre. Le Fils de Dieu qui aidait Joseph, qui lui-même faisait tout pour le servir ! Oui ces relations sont vraiment admirables. Et cette admiration devient encouragement et ligne de conduite pour nous :
« En vous aussi, Je veux que fleurissent ces vertus, qui l’ont rendu si parfait. » Avec plusieurs vertus soulignées par Marie : son silence (propice au recueillement), sa pureté (et son détachement), sa prière, son courage, sa patience et sa grande bonté. Un véritable programme de vie.

« Qu’en vous soient son silence et sa vie cachée, nécessaires en ces temps pour que vous puissiez exécuter le plan que Je vous ai confié. Vivez loin du bruit et du tapage, des cris et du fracas dont vous êtes de plus en plus entourés. Maintenez votre calme intérieur en un colloque silencieux avec Jésus et avec votre Maman du Ciel. Ne participez jamais à des spectacles profanes et fermez les yeux aux séductions faciles du monde. Sachez vous soustraire à la subtile tactique de perversion morale que répandent aujourd’hui, de manière si sournoise et si dangereuse, la presse et la télévision. Ne gaspillez pas votre temps devant le téléviseur, en volant ainsi de précieux moments à la prière et à l’écoute de ma parole. Qu’en vous soit aussi sa pureté virginale, en un détachement, que Je veux plus grand par rapport à vous-mêmes, aux créatures, aux choses humaines, pour être intérieurement libres et capables d’aimer et d’accomplir avec une fidèle persévérance quoi que le Seigneur vous demande. Imitez Joseph, mon Époux bien-aimé, dans sa prière humble et confiante, dans son travail pénible, dans sa patience et dans sa grande bonté.» (LB 286,d-j)

Enfin, Elle nous invite à nous confier, nous et le Mouvement, son Œuvre d’amour « à sa puissante protection … dans les moments où mon Adversaire l’attaquera et la combattra furieusement » (LB 286,k).

C’est la même leçon que Marie donne dans le deuxième message du 19 mars (en 1996). Elle nous invite à nous confier « à la puissante protection de mon très chaste époux Joseph. » (LB 567,e) Elle nous recommande d’imiter « son silence actif, sa prière, son humilité, sa confiance, son travail. » (Ibid.) Puis son message se fait plus pressant : « Confiez-Lui aussi mon Mouvement [parce que c’est] lui le protecteur et le défenseur de mon Œuvre d’amour et de miséricorde. » (LB 567,f-g)

Il est cet homme fort qui a protégé l’Enfant et sa Mère. De même, il est pour l’Œuvre de Marie Protecteur et défenseur :
« Protecteur et défenseur dans les événements douloureux qui vous attendent. Protecteur et défenseur contre les nombreuses embûches que, de manière sournoise et dangereuse, mon et votre Adversaire vous tend de plus en plus. Protecteur et défenseur dans les moments de la grande épreuve, qui désormais vous attend dans les derniers temps de la purification et de la grande tribulation. »

Après ces deux messages donnés en la solennité de saint Joseph, nous pouvons nous arrêter aux messages de la nuit de Noël où, là encore, Marie veut nous faire entrer dans l’intimité de la Sainte Famille. Elle nous invite à revivre « le silence actif de mon très chaste époux Joseph : sa fatigue pour me conduire sur le long chemin, son insistance pour nous trouver une maison, sa patience renouvelée après chaque refus de nous ouvrir une porte, sa confiance en nous conduisant vers un lieu abrité et sûr, son travail plein d’amour pour rendre la misérable grotte plus accueillante, son attente priante de ce qui s’accomplirait ; et enfin, son grand bonheur lorsqu’il se pencha pour baiser et adorer son Dieu né de Moi, dans la Nuit Sainte. » (24 décembre 1983LB 279,d)

Il s’agit de contempler pour pouvoir aussi imiter : « Priez et faites silence, pour écouter la voix de Dieu, pour comprendre les grands signes qu’aujourd’hui il vous envoie pour contribuer, par votre collaboration personnelle, à son dessein miséricordieux. Comme Joseph, vous aussi, efforcez-vous avec empressement de préparer tout le monde à son prochain retour. Allumez dans les cœurs les lumières éteintes, ouvrez les âmes à la grâce et à l’amour, ouvrez tout grand toutes les portes au Christ qui vient. » (LB 279,g-h) Voilà magnifiquement décrite notre participation au dessein miséricordieux du Père : prier, faire silence pour écouter, préparer les hommes au prochain retour de Jésus, allumer dans les cœurs les lumières éteintes, ouvrir les âmes à la grâce et à l’amour.

Dans la contemplation de Noël, il y a la révélation du second Noël, de la seconde venue de Jésus qui vient. Dans le premier Noël, la nuit ; aujourd’hui « la nuit de la négation de Dieu descendue sur le monde ». Dans le premier Noël, le froid de la nuit d’hiver ; aujourd’hui, « la glace de la rébellion contre sa loi d’amour ». Dans le premier Noël, les portes qui se ferment ; aujourd’hui « les cœurs endurcis par l’égoïsme et la haine », « les portes obstinément fermées au Seigneur qui vient ». (24 décembre 1986LB 342,i) Voilà pourquoi prendre Joseph pour modèle est le moyen de bien préparer la route au Christ qui revient dans la gloire : « Ouvrez tout grand vos cœurs à la béatitude et à l’espérance, à l’imitation de votre Maman du Ciel et de son très chaste époux Joseph. » (LB 342,j)

Dans le message de la nuit de Noël 1991, Elle insiste sur le silence et le recueillement qui doivent habiter en nos âmes : « Qu’un profond silence entoure le grand vacarme de paroles et d’images qui remplit aujourd’hui le monde entier. Que la prière du cœur vous amène à un continuel colloque avec le Seigneur Jésus qui est venu, qui vient et qui viendra dans la gloire. Et que la paix tranquille de l’âme marque le cours de vos journées, si pleines de menaces et denses de douleur pour tous. Avancez en sécurité sur les vagues violentes de ces derniers temps de la grande tribulation, sans vous troubler, en voyant qu’encore maintenant, les portes se ferment à Jésus Christ qui vient. » (LB 462,h-i).

Enfin, comme pour nous exciter à la patience et à la persévérance, Elle veut nous rappeler la « longue route qui, de Nazareth, nous conduit à Bethléem. Ressentez, vous aussi, la fatigue du voyage, la lassitude qui nous prend, la confiance qui nous porte, la prière qui accompagne chaque pas, tandis qu’une béatitude surhumaine emplit nos cœurs, unis désormais en une parfaite communion avec le cœur du Père Céleste qui est sur le point de s’ouvrir au don de son Fils Unique. Le bruit de la nombreuse caravane ne nous trouble pas, le découragement ne nous prend pas non plus devant toutes ces portes qui se ferment à notre demande d’être accueillis. » (24 décembre 1995LB 559,a-c)

Les messages du 2 février évoquent tous la présence, aux côtés de Marie, de son très chaste époux Joseph. C’est ensemble qu’ils vont présenter Jésus au Temple à son Père céleste, anticipant l’offrande sacerdotale que Jésus lui-même fera de son Corps et de son Sang pour le Salut du monde.

Je propose donc, qu’en cette année consacrée à saint Joseph, nous, tous les membres du Mouvement en France, nous nous unissions le 19 mars prochain pour confier le Mouvement Sacerdotal Marial et le Mouvement Marial à saint Joseph. C’est l’Œuvre d’amour de Marie pour le monde, et saint Joseph aura à cœur de la protéger et de la défendre. Je le ferai personnellement à 18h, lors du Cénacle quotidien.
Je vous bénis de grand cœur.
Père Olivier ROLLAND +

Téléchargez le fichier en PDF en cliquant ici --> Saint Joseph dans le Livre Bleu

Vous trouverez ici la circulaire que notre Responsable International, don Luca Pescatori, vient de nous adresser pour cette année.

Prenez le temps de bien la méditer. Merci à don Luca de nous encourager dans cette crise à rester fidèles à ce que nous sommes et à être vigilants pour devenir toujours mieux ce que nous devons être : des Apôtres de l'Eucharistie, des amoureux de Jésus présent dans le Saint Sacrement.

Et si nous avons failli, que nous soyons capables, avec la grâce de Dieu, de nous reprendre pour être ces petits soldats au service de notre Maman du Ciel qui est aussi notre Reine et notre Chef.

Circulaire MSM don Luca 20201

Chers amis,
Combien tout a été bouleversé par ce virus dont tout le monde parle en per-manence ! Tous les plans, tous les programmes, toute la vie ordinaire ont été chamboulés ! Et nous pouvons prévoir que cela continuera. Voilà pourquoi il faut s’armer de patience, garder son sang-froid, savoir distinguer entre ce qui est essentiel et ce qui l’est moins, et ce, dans tous les domaines.
En ce qui nous concerne, dans le Mouvement, il doit être clair que nous devons obéir aux décisions, très difficiles, que prennent les évêques et dont ils sont responsables devant Dieu. Nous devons aussi prier pour eux, pour qu’ils soient éclairés, soutenus et défendus. Nous devons obéir aux pouvoirs publics, sauf si quelque chose de manifestement illégal, ou immoral ou disproportionné était demandé. Nous devons accepter quelques limitations provisoires et clairement délimitées de nos droits pour le bien de tous.
Vous avez probablement senti à quel point la question de la vérité revient sur le devant de la scène : vérité des informations, vérité des compétences, vérité des décisions. Devant cet état de fait, nous devons bien faire attention de ne pas nous enflammer dans des luttes attisées par les médias ou les réseaux sociaux, à cause d’informations affirmées par les uns, confirmées par les autres, infirmées par les troisièmes. Restons humblement à notre place et ne menons pas de guerres inutiles. Le combat que nous avons à mener, qui rend plus que nécessaire une grande unité, est suffisamment rude pour que nous n’en rajoutions pas et ne dispersions pas nos forces.
Dans les programmes des Cénacles que vous trouverez à la fin de ce Bulletin, il doit être clair que tout peut à tout moment être suspendu temporairement ou durablement. Voilà une des raisons pour lesquelles je demande avec insistance que le plus grand nombre d’entre vous s’inscrive sur le site Internet pour recevoir la Lettre d’information qui sera donnée sans régularité précise, mais dès qu’un besoin s’en fera sentir. Vous pourrez diffuser autour de vous cette Lettre d’information, spécialement auprès de ceux qui n’ont pas accès à Internet ou ne savent pas très bien s’en servir. Dès qu’il y aura des suspensions, annulations ou reports de Cénacles, vous serez ainsi avertis « en temps réel ».

Pour lire le Bulletin en intégralité : Bulletin MSM sept 2020

Chers membres du MSM, vous êtes invités à vous unir en Cénacle mercredi 13 mai, anniversaire de la première apparition de la Vierge à Fátima, avec tous les membres du Mouvement dans le monde entier.
Le Cénacle sera retransmis en direct à 16h, heure de Rome (et de France) sur le canal YouTube MSM-MMP, à l’adresse : https://www.youtube.com/channel/UCx0yQ_KLojRWguEldQBPw-Q
Vous êtes priés de vérifier avec vos responsables l’heure exacte pour votre région (en France 16h).
Retrouvons-nous ensemble pour prier et remercier notre Maman du Ciel pour le grand don de Sa présence à nos côtés, pour le triomphe de son Cœur Immaculé et du règne du Sacré Cœur de Jésus.
Don Luca Pescatori

Chers membres du MSM,

L’urgence sanitaire du Coronavirus a rapidement atteint le monde entier et limité presque partout les possibilités de rencontre. Malgré cela, beaucoup d’entre vous, sur chaque continent, ont proposé de nouvelles formes de Cénacle : soit directement par internet, soit en suggérant des horaires particuliers pour se retrouver en prière au même moment, chacun chez soi, soit par des messages instantanés internationaux pour communiquer les horaires des Cénacles dans les villes des différents pays… De cette manière, on a voulu s’unir spirituellement et offrir à notre Maman du Ciel cette prière qu’Elle nous a demandé avec insistance d’offrir, dans son Cœur Immaculé, à la Très Sainte Trinité. Je désire à présent vous donner un critère pour prier.

C’est avec certitude un temps d’épreuve.

La souffrance a atteint soudainement de nombreuses familles frappées par le deuil, la maladie et des difficultés sociales qui en proviennent. L’inquiétude de la contagion est telle que dans quasiment le monde entier, il a été demandé aux fidèles de ne pas participer à la sainte Messe et que beaucoup d’églises sont fermées. C’est une grande épreuve pour l’Église, paralysée dans sa vie pastorale et pour les fidèles qui, outre les souffrances présentes, se voient privés de l’unique vrai Trésor, le Seigneur Jésus dans l’Eucharistie.

Dans cette situation de souffrance, beaucoup de gens ne perçoivent pas comme un problème de ne pas pouvoir vivre la Messe et recevoir l’Eucharistie : de fait, Jésus dans l’Eucharistie passe au second plan, derrière les exigences pressantes de la vie physique que – avec une grande générosité – on cherche à défendre de toutes les manières.

Chers amis, vous tous du MSM, qui aimez vous laisser guider par la Vierge dans la lumière de son Cœur Immaculé… Elle nous a toujours demandé d’être « un baume d’amour » pour cette humanité souffrante. Elle nous rappelle avec insistance l’enseignement de Jésus : à la base de l’amour fraternel, il y a le chemin du Royaume de Dieu, la vie de foi dans l’Église et dans la fidélité à l’Évangile, dans la richesse des sacrements et dans la pratique des vertus… Elle vient à notre secours pour que nous allions au secours des autres, pour que nous soyons la continuation, avec Elle, de l’œuvre de salut de son Fils.

Dans beaucoup de cœurs, la chaleur de l’Eucharistie risque d’être refroidie par cette tempête : notre prière (et l’offrande de nos souffrances) en ces temps de pandémie ne peut pas se limiter à la nécessaire libération du virus, mais aussi doit demander que, dans cette souffrance, tous, dans l’Église, nous puissions croître dans la foi, dans l’amour pour Jésus dans l’Eucharistie, qui, en ces temps, est presque partout ignoré, et pour que tous les hommes retrouvent le besoin de chercher Dieu et de l’écouter, d’abandonner ce qui est péché et de se faire guérir intérieurement par Lui.

Jésus nous dit : “Cherchez d’abord le Royaume de Dieu, et le reste vous sera donné par surcroît” (Mt 6,33). Si nous demandons seulement la libération du mal physique et non du mal spirituel, nous sommes dans un grand déséquilibre et nous ne nous occupons plus de la dimension la plus vraie de notre vie. Jésus dit, à propos de la maladie de son ami Lazare : “Cette maladie ne mène pas à la mort, elle est pour la gloire de Dieu” (Jn 11,4). Cette souffrance du coronavirus ne peut être seulement pour la mort, ni même seulement pour la vie terrestre… Jésus s’attend à ce que nous affrontions cette épreuve comme un rappel pour nous faire grandir dans la foi et vaincre le mal : ainsi, de cette méchante épreuve, nous sortirons guéris aussi intérieurement, et cela sera pour la gloire de Dieu.

La Vierge nous enseigne à ne pas en rester à nos vicissitudes terrestres, mais à regarder avec ses propres yeux : le remède pour guérir notre vie du mal vient du Cœur de Jésus (11 février 1977 – LB 120 ; 19 avril 1992 – LB 472). C’est  Lui qui nous La donne pour nous guérir (14 février 1985 – LB 305 ; 11 février 1993 – LB 488) : ainsi nous-mêmes nous pourrons être un remède pour ceux qui nous sont chers, pour l’Église, pour le monde, par une vie animée davantage par l’Esprit Saint qui nous renouvelle (13 septembre 1984 – LB 294 ; 3 décembre 1986 – LB 340).

Aux pastoureaux de Fatima la Vierge a enseigné à affronter les épreuves en les “transfigurant”, en cherchant dans le Seigneur la force et le but de toute chose : “Ô Jésus, c’est pour ton amour, pour le salut des âmes et en réparation des péchés commis contre le Cœur Immaculé de Marie”.

À Lourdes, Elle nous a laissé le très beau signe de l’eau de la fontaine et puis elle nous en a expliqué le sens : “Allez vous laver à la fontaine”, nous dit-Elle souvent (11 février 1977 – LB 120 ; 11 février 1995 – LB 538), et cela renvoie à la Grâce de Dieu dans les sacrements, en particulier la Confession. Avec cette eau miraculeuse et le signe des guérisons physiques, Elle nous enseigne que notre santé physique est une image du chemin vers le salut éternel : Elle ne veut pas seulement pour nous la santé physique pour laquelle Elle nous assure protection et Elle en est heureuse comme toute bonne Mère, mais Sa grande Œuvre est de nous faire vivre quotidiennement dans la Grâce de Dieu, dans la santé spirituelle, guéris du péché et “vaccinés” contre l’apostasie.

Chers amis, laissons-nous enseigner par notre Maman sur la manière d’affronter aussi cette épreuve. “S’ils ne s’habituent pas dès maintenant à ne chercher que Moi, à n’écouter que Moi, à ne se confier qu’à Moi, comment feront-ils pour me trouver au moment de la grande tempête, quand tout aura sombré dans l’obscurité ? Qu’ils s’habituent dès maintenant à me voir lumière de chacune de leurs actions !” (10 février 1974, LB 37,g).

C’est juste et nécessaire de prier pour la fin de la méchante pandémie, mais, à son Mouvement, la Vierge demande de “travailler” et de “combattre” pour les âmes des malades et de ceux qui sont en bonne santé physique avec les Cénacles, la Consécration à son Cœur Immaculé et l’amour pour Jésus dans l’Eucharistie (là où les églises sont fermées, on peut profiter au moins de l’adoration en streaming), pour sortir de cette épreuve plus grands dans la foi, avec nos frères et sœurs, de sorte que, par le moyen de Son œuvre, l’Église avance en direction du triomphe de son Cœur Immaculé et de Jésus dans l’Eucharistie, pour la gloire de la Très Sainte Trinité.

Unis dans le Cœur Immaculé de Marie et dans le Cœur Eucharistique de Jésus,

don Luca Pescatori et le Conseil Spirituel du MSM

Télécharger la lettre en PDF : 2e lettre de don Luca

MULTIPLIEZ VOS CÉNACLES, À DISTANCE !

Chers amis, frères et sœurs, membres du Mouvement Sacerdotal Marial et du Mouvement Marial,

Vous le savez, Marie nous l’a dit et redit sans cesse, nous sommes dans ses Temps ; nous sommes entrés dans la grande Tribulation, et Elle attend de nous confiance, docilité, calme, joie, prière et offrande de nos souffrances. Je vous demande de relire régulièrement le message donné par Marie à don Gobbi le 18 octobre 1975 : Soyez dans la joie ! (LB 83) C’est le dernier message que don Gobbi a commenté avant sa mort, lors de son dernier Cénacle public, à Loreto, et il disait : « Dans ce message il y  a tout ! »

Puisque les rassemblements ne sont plus possibles, sauf à enfreindre la loi civile et les dispositions édictées par nos évêques pour la protection des plus fragiles – ce qui serait imprudence et désobéissance coupables –, les Cénacles, que Marie nous demande de multiplier (Cf. Message de don Luca), doivent s’organiser autrement. Les Cénacles que je devais présider sont évidemment annulés, jusqu’à nouvel ordre.

Étant donné les mesures de confinement qui nous interdisent de sortir sauf pour les courses d’alimentation ou des nécessités médicales, je vous demande de profiter de ce temps pour intensifier votre prière et de faire des Cénacles à distance, en communion de prière. Ainsi cette épreuve deviendra pour tous comme une grande retraite et fera monter vers Dieu, par les mains de Marie, une grande supplication, celle des petits qui mettent leur confiance en leur Maman du Ciel.

Pour cela, plusieurs propositions :

  • Tous les jours à 9h, 12h et 15h: chapelet, comme dans les Cénacles, précédé de l’invocation à l’Esprit Saint (“Viens, Esprit Saint, viens …” x 3) , suivi du ‘Salve Regina’ (ou d’un autre chant marial) et de la prière pour le Pape et toute l’Église (Un ‘Notre Père’, un ‘Je vous salue, Marie’ et le ‘Gloire au Père’) + un ‘Je vous salue Marie’ pour le MSM. Si ces heures ne vous conviennent pas, choisissez un autre moment convenu avec d’autres.
  • À un moment dans la journée, lecture d’un message entier du Livre Bleu, à reprendre, à méditer, à accueillir avec gratitude. Marie nous instruit et nous guide par ses messages. Nous devons prendre le temps de l’écouter pour pouvoir répondre à ce qu’Elle attend de nous.
  • Chaque jour, Acte de consécration au Cœur Immaculé de Marie selon la formule du MSM.
  • Offrez vos difficultés, vos souffrances, vos pénitences, vos inquiétudes à la Vierge Marie pour la réalisation de son plan victorieux.
  • Intensifiez votre amour de l’Eucharistie en faisant une communion spirituelle, en vous transportant spirituellement au pied du Tabernacle et en disant, par exemple, cette prière toute simple : « Seigneur Jésus, descendez dans mon cœur ! »

L’intérêt de convenir d’une heure particulière, c’est qu’à cette heure, un certain nombre des milliers de membres du Mouvement en France seront ensemble en prière. Si vous pouvez prier avec une autre personne chez vous, c’est très bien, mais pas indispensable dans ces circonstances. Si vous ne pouvez pas faire tout cela, faites ce que vous pouvez. Plutôt que de passer votre temps à regarder les informations ou la télévision abrutissante, renouvelezvotre confiance en Marie, qui nous donne son Cœur Immaculé comme refuge.

 

Que la cohorte de Marie resserre les rangs

et accomplisse sans tarder

ce que notre Chef attend de nous !

Merci.

Je vous bénis tous.

Père Olivier Rolland +

Restrictions à cause du virus COVID-19

Message de don Luca Pescatori

Ave maria

Chers membres du MSM,

les dispositions de sécurité pour la santé publique, émanée de Gouvernements de nombreux Pays, et les décisions prises par beaucoup de Conférences Épiscopales suite à la diffusion du virus COVID-19, limitent les possibilités de réunions dans les lieux publics ainsi que dans les églises, pour éviter les risques de contagion. Cela rend quelquefois difficile, dans ces pays, nos réunions pour les Cénacles.

Il peut y avoir la tentation de s’en contenter et de dire « nous ne pouvons pas faire un Cénacle », au lieu de se demander : « comment pouvons-nous faire un cénacle dans cette situation ? »

Le 10 juin 1987 notre Mère nous a dit : « J’appelle tous les enfants de l’Église à se rassembler avec Moi en Cénacles d’incessante prière. Je désire surtout que l’on prie souvent le saint Rosaire, spécialement de la part des petits, des malades, des pauvres et des pécheurs. Enveloppez le monde avec la chaîne du Rosaire pour obtenir sur tous grâce et miséricorde. Multipliez vos Cénacles de Prière. » (356, bc)

Déjà le 17 janvier 1974 Elle nous avait enseigné : « Il n’est pas nécessaire d’être nombreux : deux ou trois peuvent suffire. Ces rencontres doivent former de véritables Cénacles de prière. (…) Car alors, c’est Moi-même qui accomplis en eux ma tâche maternelle d’intercession auprès de Dieu pour tous mes enfants. » (34, cj)

Je vous recommande donc, en ce moment où l’attention à la santé publique doit limiter nos possibilités, de vous rappeler la grande valeur des Cénacles pour l’Eglise et pour le monde, de ne pas perdre le don et de ne pas manquer à la grâce du Cénacle… Multipliez-les là où c’est possible, et là où il n’est pas encore possible de se réunir comme avant, transformez provisoirement les Cénacles régionaux ou diocésains en beaucoup de petits cénacles familiaux ou sacerdotaux, de sorte que personne ne manque à la requête et aux attentes de notre Mère Céleste. Là où il n’est pas possible de sortir de chez soi ou de rejoindre d’autres membres du MSM en d’autres villes, priez le chapelet tous ensemble à la même heure, en lisant ensuite un même message, et en renouvelant votre Consécration au Cœur Immaculé de Marie, en union spirituelle entre vous et avec tous les membres du MSM du monde ; vous pouvez aussi essayer de faire des Cénacles par appels-video.

Les Cénacles sont un don du Cœur Immaculé de Marie pour notre temps ; en eux nous sommes toujours unis à Elle pour invoquer le don du Saint-Esprit, en cette spéciale et difficile heure de grâce.

8 mars 2020

don Luca Pescatori et le Conseil Spirituel du MSM

Extrait de la Circulaire de don Luca PESCATORI :

Chers membres du Mouvement Sacerdotal Marial,
Je suis don Luca PESCATORI, prêtre du Diocèse de La Spezia en Italie,
et je vous écris cette lettre circulaire, conscient que le don et la responsabilité
qui m’ont été confiés, le 27 juin dernier à Collevalenza, sont énormes. Être le
Responsable, Coordinateur Général de cette Œuvre de la Vierge, est une pensée
qui donne le vertige ; mais il ne faut pas trop y penser, il faut se laisser conduire
et vivre dans la Consécration au Cœur Immaculé de Marie. En son Cœur, nous
sommes unis et, ensemble, nous travaillons et nous combattons, suivant Ses
directives, en ce Temps si particulier, difficile et douloureux. Notre Mère nous
accompagne et nous offre le vrai refuge de Son Cœur Immaculé.
Dès la fin des Exercices Spirituels à Collevalenza, dans les tout premiers
jours de cette nouvelle responsabilité, j’ai participé, avec 12 prêtres, à un pèlerinage
à la Maison de la Vierge à Éphèse et à la grotte de l’Apocalypse à Patmos.
Dans une grande joie nous avons pu vivre des cénacles dans ces lieux saints si
significatifs pour nous (...).
Durant ces quelques mois, j’ai pu prendre contact avec différents membres
du MSM dans le monde et visiter quelques cénacles en Italie et à Madrid, en
Espagne. Pour 2020, le calendrier des cénacles italiens sera publié sur le site
(www.msm-mmp.org). Je n’ai pas reçu la permission de consacrer beaucoup de
temps pendant l’année pour visiter les cénacles dans le monde comme le faisait
le Père Larroque (que nous devons tous remercier pour s’être tellement dépensé
au service de l’Œuvre de la Vierge !) : si le Seigneur et la Vierge le veulent, il
me sera donné plus de temps, sinon il restera très limité ; je m’appuie donc sur
les différents responsables pour qu’ils prennent soin et animent le mieux possible
les ères géographiques qui leur sont confiées ; je sais qu’il y aura des prêtres
disponibles pour les visiter à ma place : c’est l’Œuvre de la Vierge et, outre ma
joie de vous visiter en personne et mon espérance d’y arriver vraiment, les questions de personnes sont secondaires ; ce qui est important, c’est que partout on annonce et on vive avec fidélité ce que la Vierge nous demande.
J’attends les prêtres aux Exercices Spirituels Internationaux à Collevalenza,
du 21 au 27 juin 2020. Je demande aux laïcs d’inviter leurs prêtres à y
participer et, si nécessaire, de leur apporter l’aide dont ils auraient besoin. Je
suis très satisfait d’apprendre que, dans différentes parties du monde, il y a des
Exercices Spirituels du MSM qui se déroulent ensuite : ainsi ceux qui ne peuvent
vraiment pas participer à Collevalenza peuvent au moins participer à ces
Exercices locaux ; ne laissez pas passer cette grâce d’un Cénacle continu.

Pour lire le Bulletin, cliquer ici : Bulletin mars 2020

Don Luca nous demande que le 20 février 2020, centenaire de
la mort de la bienheureuse Jacinta de Fatima, nous puissions être
unis en Cénacle, là où nous sommes, selon les modalités habituelles
de nos Cénacles.

« Soyez forts, prenez courage,
vous tous qui espérez dans le Seigneur » (Ps 30,25)

Certains, aujourd’hui, sont tentés par la peur, l’angoisse, même parfois se lais-sent aller à une forme de désespoir. Peur devant les ‘caprices’ de la nature, peur pour l’avenir, peur des catastrophes, peur de la barbarie qui a pris le nom de ‘progrès’, peur du totalitarisme déjà présent dans nos sociétés où la dictature du relativisme s’est d’ores et déjà imposée. Peur d’un avenir incertain où les pro-blèmes économiques et migratoires semblent échapper à tout contrôle. Peur aussi pour ‘nos enfants’ (Que deviendront-ils ? Quel monde leur prépare-t-on ? Comment se fait-il qu’ils aient perdu tout bon sens et ne font que répéter les slogans à la mode, caractéristiques du degré zéro de la pensée et de la ré-flexion ?). Peur également de ce qui se passe dans l’Église où la révélation de scandales à répétition sape la confiance envers ceux qui y exercent l’autorité ; où la plus grande confusion se répand dans l’enseignement et où la division s’installe durablement ; où la persécution violente, venant de l’extérieur ou de l’intérieur, devient courante ; où la tentation de la désobéissance se fait plus pressante pour certains. En évoquant ces différents aspects, nous comprenons que nous avons maintenant devant les yeux, avec une intensité inimaginable il y a encore cinq ans, ce que Marie nous désigne comme les signes de notre temps (messages de 1979 LB 168-171 — Les quatre signes de la purification de l’Église et du monde : confusion, indiscipline, division et persécution).
I — LES QUATRE SIGNES

CONFUSION

.....

Que devons-nous faire ?

....

Pour lire le Bulletin de septembre 2019 cliquer ici : Bulletin SEPTEMBRE 2019