Aller au contenu

Communication de don Luca PESCATORI, Responsable Général du MSM

Chers membres du Mouvement sacerdotal marial

 

Notre Dame nous a annoncé que le triomphe de son Cœur Immaculé passera par une période qu’elle appelle “grande tribulation” (par exemple, le 16 octobre 1991 – LB 459), qui servira de purification et au cours de laquelle les plus touchés seront ses enfants préférés, les prêtres. Elle répète ce que Jésus a dit à Pierre : “Satan t’a cherché pour te cribler comme le blé” (Lc 22, 31) (20 novembre 1976 et 1er mars 1980 – LB 112 et 195).

 

Le 8 mai, nous avons commémoré le 49e anniversaire de la naissance du Mouvement Sacerdotal Marial et nous avons commencé l’année de préparation du 50e anniversaire. C’est un moment particulièrement significatif pour nous, qui a commencé immédiatement par un “signe” de tribulation : quelques jours plus tard, pendant la semaine du 13 mai où nous nous souvenons de l’intervention de la Vierge pour l’Église, deux actes contraires à la foi ont eu lieu publiquement en Allemagne, en particulier contre le sacrement du mariage et la vérité de la doctrine catholique, et contre la Très Sainte Eucharistie. Les idées qui sous-tendent ces actes de véritable rébellion contre la doctrine sont depuis longtemps répandues dans de nombreuses régions du monde, et, ces jours-ci, elles ont été exaltées comme la “nouvelle voie d’une nouvelle Église qui comprend enfin les besoins de l’humanité”...

Nous le savons, la Vierge nous en a prévenus depuis longtemps et a tout expliqué très bien.

Après la suspension de la Sainte Messe qui a commencé l’année dernière et qui malheureusement est encore présente dans certains pays et qui relativise la nécessité de l’Eucharistie, voici ces deux actes publics qui nous rappellent la prière de l’Ange de Fatima, que la Vierge nous a tellement recommandée, pour réparer les outrages et les sacrilèges contre l’Eucharistie, d’où découlent toutes les autres déviations et les péchés.

Les signes de confusion et de véritable apostasie au sens propre, qui sont présents depuis longtemps de manière souterraine, sont en train d’émerger de plus en plus et de manière orgueilleuse, en prétendant être le bon chemin pour l’homme, comme l’avait fait Judas qui, à la fin, s’est rebellé parce qu’il voulait pousser Jésus à suivre un autre chemin.

 

C’est pourquoi je vous invite à vivre cette année de préparation au 50e anniversaire du Mouvement Sacerdotal Marial en cherchant toujours plus refuge dans le Cœur Immaculé de Marie, c’est-à-dire en renouvelant toujours plus intensément notre consécration au Cœur Immaculé et les trois engagements qu’Elle nous demande :

- Comme consacrés à son Coeur Immaculé, nous offrir et offrir nos croix avec beaucoup d’amour en réparation de ces outrages et sacrilèges, pour demander la grâce de la fidélité et pour être dans l’Eglise, qui vit son chemin de croix vers la crucifixion, la présence de Marie à côté de la Croix, de la Femme revêtue du soleil à l’heure des ténèbres.

- En ce qui concerne le deuxième engagement qui nous est demandé et enseigné, l’unité avec le Pape, la Vierge en parle clairement dans ses messages. Je vous renvoie également aux explications des dernières circulaires de don Laurent Larroque et de moi-même. Certains demandent comment accepter certaines déclarations du Pape François qui peuvent étonner : j’ai déjà répondu à cela aussi dans les circulaires. La Vierge nous demande de prier pour le Pape et c’est tout, et de Lui laisser le reste. Le Seigneur conduit l’Église vers la purification et Il confie ce chemin à la Vierge : Elle nous dit qu’Elle a besoin de la force d’intercession de nos cénacles, dont l’un des éléments essentiels est la prière pour le Pape, pour lequel dans l’acte de consécration nous demandons une protection spéciale. Il peut y avoir plusieurs façons de se situer devant le pape, mais une seule d’entre elles est demandée par la Vierge et fait partie de l’esprit du MSM. Dans notre prière pour le pape, nous demandons qu’il agisse dans ces tribulations comme Dieu l’attend de lui et qu’il soit Son instrument pour la purification de l’Église.

- C’est donc avec les cénacles, qu’Elle nous laisse comme troisième engagement, que nous contribuons substantiellement à l’œuvre de la Vierge et à la vie de l’Église. Don Gobbi nous a appris comment faire un cénacle dans l’esprit du MSM : nous restons fidèles aux points essentiels établis par lui, rapportés dans le schéma présent sur le site du MSM (www.msm-mmp.org, et pour les francophones sur le site français – www.msm-france.com – et dans les “guides des Cénacles”), il n’y a pas besoin d’ajouter autre chose ni de changer quoi que ce soit. En ce moment, plus que jamais, il est nécessaire de multiplier les cénacles afin de former une barrière protectrice autour du Magistère de l’Église, de réparer l’apostasie rampante, de consoler les Cœurs Sacrés de Jésus et de Marie, d’obtenir pour nous-mêmes la grâce de bien vivre notre consécration et de nous offrir sur l’autel du Cœur Immaculé, victimes agréables à Dieu, pour son triomphe (cf. 19 novembre 1974 – LB 61), et enfin pour demander avec notre Mère du Ciel le don de la seconde Pentecôte qu’Elle a annoncée (par exemple le 1er janvier 1985, le 31 décembre 1986 – LB 302 et 343). Multiplier les cénacles signifie : vouloir faire des cénacles en suivant l’invitation de notre Mère, demander la grâce de pouvoir faire plus de cénacles que nous n’en faisons maintenant, apprendre aux autres à vivre consacrés à son Cœur Immaculé et diriger d’autres cénacles.

 

Nous demandons la grâce de pouvoir consoler notre Mère céleste, comme Jésus lui-même l’a dit à Sœur Lucie à Pontevedra lorsqu’il a demandé la pratique réparatrice des cinq premiers samedis, et de travailler à Son service, surtout en ce moment décisif qui coïncide avec l’année qui nous amène au 50e anniversaire du MSM, pour contrecarrer les actes de rébellion et d’apostasie qui ont déjà été mis en lumière et ceux qui sont encore cachés.

Elle nous appelle dans ce combat spirituel et veut être notre chef, elle nous l’a dit dès les premiers messages : Il nous appartient d’accepter le don d’être des soldats au combat ou, au contraire, de nous retirer et de regarder.

 

Don Luca Pescatori et le Conseil Spirituel du MSM